Et bien voilà, je m’étai promis de faire des interview de Leaders en Marketing de reseau ou MLM, de grosses Compagnies.

C’est fait.

Et j’ai la joie de vous présenter aujourd’hui un Leader d’une Compagnie de MLM mondialement reconnue, la Compagnie Nu Skin !

Ce Leader, que je connais depuis 2013, s’est fait une place de choix dans cette Entreprise et dans cet interview il vous fera découvrir d’où vient sa réussite avec Nu Skin.

J’ai nommé Thomas CHEVRIER.

Thomas vis en Polynésie Française d’où il développe son activité MLM qui s’étend maintenant à l’international.

Il s’occupe de son équipe. 

Il forme ses partenaires et en fait de vrais Leaders grâce à une stratégie bien rodée. 

Nous aurons l’occasion de nous revoir sur d’autres sujets, mais tout de suite, laissons place à ce Leader en Marketing de réseau, Thomas CHEVRIER

 

Ce que vous allez découvrir

  1. Son parcours
  2. Sa stratégie Gagnante qui lui assure un revenu confortable
  3. Sa vision sur le travail en équipe et la vente
  4. Les nouveaux outils de Nu Skin. (outils innovants pour ceux qui veulent augmenter leurs ventes)
  5. Son conseil pour ceux qui débutent dans le MLM

 

Interview de Thomas CHERVRIER – Leader chez Nu Skin

 

 

Transcription de l’interview : 

 

Fabrice : OK. Écoute, salut à toi, Thomas. Ça fait très plaisir de t’avoir ce matin pour cette petite interview.

 

Thomas : Merci à toi. En direct de Tahiti ?

 

Fabrice : Oui. Tahiti et Moorea connectés aujourd’hui, comme quoi il n’y a pas de limite.

 

Thomas : On est les deux blanc blanc des îles de Polynésie.

 

Fabrice : Exactement, mais qui se font remarquer apparemment.

 

Thomas : Oui.

 

Fabrice : Écoute, on va commencer si tu veux bien.

Je pense que peut-être avant de démarrer nos questions, ce serait intéressant, puisque tout le monde ne te connaît pas, même si je sais que tu commences à avoir un sacré beau réseau, peut-être que ça serait intéressant qu’on fasse un peu plus connaissance avec toi, parce que tu es en Polynésie, maintenant d’où tu nous viens ?

Qu’est-ce qui t’a amené jusque-là ?

Comment ça se fait que tu fais ce métier ?

Est-ce que tu pourrais nous raconter un peu ça quelques instants ?

 

Thomas : Oui, bonne idée.

Moi, je suis né en métropole, j’ai grandi jusqu’à 24 ans…

On ne grandit plus à 24 ans, mais je suis resté en métropole jusqu’à mes 24 ans.

J’ai été envoyé en Polynésie pour mon service national et j’ai fait trois ans ici.

À l’époque, il y avait pas mal de boulots en Polynésie, donc plutôt que de retourner dans la galère de métropole, je suis resté ici.

J’ai monté une boîte dans le concept en environnement et ça marchait vraiment super bien. J’étais très content, je gagnais bien ma vie, mais le truc c’est que je travaillais 80 heures par semaine, je faisais la compta, je faisais la recherche de clients, j’ai passé la totale, alors que moi au départ j’étais lancé dans le business…

J’avais créé ma boîte pour justement avoir du temps libre, aller surfer, aller me balader, avoir de l’argent, voyager, et au bout de trois semaines j’étais devenu esclave de mon boulot.

Ça a duré comme ça pendant sept ans, à bosser comme un fou.

Puis, ma santé a dépérit et il a fallu que je touche le fond.

Ma femme m’a fait rencontrer une personne qui faisait du marketing relationnel et qui m’a présenté l’activité que je développe aujourd’hui, et je me suis dit : « C’est intéressant, parce que… »

Moi, je suis quelqu’un, j’ai un diplôme et mes parents ont des diplômes, et pour moi réussir dans la vie c’est avoir un diplôme, avoir un boulot en rapport avec ses diplômes, et ça donne une raison sociale.

Et là, je m’aperçois qu’avec le marketing relationnel, pas du tout, on peut ne pas avoir de diplôme, partir de rien et puis réussir quelque chose de vraiment balaize.

Et là, je me dis que c’était un peu une révolution, je me suis dit : « Qu’est-ce qui se passe ? ».

Donc, j’ai voulu comprendre, j’ai été curieux, ouvert d’esprit. J’ai la chance d’avoir ma femme qui aussi est ouverte d’esprit et pour qui…

On a vu tous les deux, ma femme et moi, une porte de sortie ; porte de sortie pour avoir du temps, pour avoir une retraite, pour avoir une meilleure santé et avoir de l’argent aussi. Donc, on a démarré cette activité.

Voilà un peu mon histoire, comment je suis arrivé là.

Après, le marketing relationnel, ce n’est pas un long fleuve tranquille, au contraire, c’est très turbulent. Il y a des jours c’est super, il y a des jours on peine, c’est compliqué.

Moi, ce que j’apprécie beaucoup c’est les grandes remises en question personnelle qu’il y a derrière.

J’ai un passé de sportif de haut niveau, et la défaite fait partie du succès.

Donc, j’ai ça en moi et pour moi c’est normal les jours où ça ne marche pas, ce n’est pas un problème, je sais que demain ça va aller mieux.

Voilà un peu qui je suis et comment je suis arrivé où j’en suis à force de…

C’est beaucoup de l’état d’esprit.

 

Fabrice : Oui, c’est clair.

Je pense que c’est un métier qui le fait grandir aussi. C’est vrai qu’il y a une certaine liberté, mais il y a du boulot, c’est quand même un métier, ça s’apprend, on ne fait pas ça n’importe comment.

Donc, il ne faut pas rêver non plus : « Ça y est, je fais du marketing de réseau, je serai riche demain », ça demande quand même de la constance aussi. Mais qu’est-ce que c’est bon quand on le fait vraiment et que ça tourne, là, on peut parler d’une certaine liberté quand même quoi qu’il en soit.

 

Thomas : Carrément.

C’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui croient qu’ils vont démarrer le marketing relationnel et : « Ça y est, demain je gagne… Je suis riche », entre guillemets, sans rien faire.

Puis, c’est vrai qu’il y a pas mal de gens qui vendent du rêve aussi : « Tu t’inscris, tu fais ci, puis tu vas gagner 10 000 € par mois » hummm ça demande de l’investissement, ce n’est pas simple. C’est très simple à faire, mais ça ne se fait pas d’un coup de cuillère à pot.

 

Fabrice : Moi, je dis toujours aux gens : « C’est simple, mais ce n’est pas facile. »

 

Thomas : Yes, c’est ça.

 

Fabrice : Il y a quelque chose quand même à faire et c’est vrai qu’il faut le faire.

 

Thomas : Exactement.

 

Fabrice : Merci, on sait un peu mieux qui tu es maintenant. On va pouvoir entrer dans le vif du sujet.

 

Thomas : OK. Avec plaisir.

 

Fabrice : Toi, tu as choisi de travailler pour la société Nu Skin, ça fait sept ans maintenant que tu travailles avec cette compagnie, si je ne me trompe pas ?

 

Thomas : C’est ça.

 

Fabrice : Est-ce que tu peux nous dire qu’est-ce qui t’a attiré vers Nu Skin, pourquoi Nu Skin ?

 

Thomas : Quand ma marraine, ma upline, mon sponsor, comme vous voulez, m’a présenté cette activité, moi, je découvrais le marketing relationnel.

Donc, pour moi on m’a présenté Nu Skin et je n’avais pas d’outil de comparaison, donc j’ai démarré avec cette compagnie.

Puis, évidemment, il y a des jours ce n’est pas facile, donc tu es un peu attiré à droite à gauche, tu regardes ce qui se passe à côté, tout ça.

Donc, je suis allé voir ce qui se passait à côté, comment ça marchait à côté, quelles étaient les valeurs des entreprises à côté, puis j’ai pris des parts dans des activités qui se sont toutes cassées la gueule. Donc, j’ai fait partie des gens qui se sont fait avoir par des sociétés pourries avec des valeurs pourries.

Aujourd’hui, j’ai complètement mis de côté tout ça évidemment. Pour moi, Nu Skin, c’est une boîte qui a des valeurs humaines très fortes, ils font passer la famille, les relations familiales avant tout, et ça, c’est chouette.

Ensuite, ils ont des produits d’une très grande qualité d’un point de vue pharmaceutique, ethnobotanique en termes de santé et d’anti-âge, et tout ça lié, tous les produits qu’ils fabriquent sont liés aux plantes, à l’action bénéfique des plantes sur le corps.

Donc, moi qui viens d’un domaine scientifique, environnemental, je suis sensible à ça, forcément c’est des choses qui m’attirent qui font que je préfère ça à la cryptomonnaie, par exemple.

En même temps, la cryptomonnaie, par exemple, je ne fais pas une critique, je donne juste mon point de vue, c’est de la spéculation avant tout et, moi, je ne suis pas là-dedans, je préfère quelque chose qui soit vraiment costaud, solide dans le temps.

 

Fabrice : Du concret.

 

Thomas : Voilà les valeurs qui m’ont conduit à rejoindre Nu Skin.

 

Fabrice : OK. Excellent.

Très bien. Justement, tu viens de nous décrire un petit peu ces produits, puisque c’est quand même une belle palette de produits différents dans le secteur de la santé et de l’anti-âge, quels seraient à ton avis les produits phares de cette compagnie qui permettraient de mieux aborder les futurs prospects ?

 

Thomas : La compagnie Nu Skin, comme je t’ai dit, elle fait des produits anti-âge basés sur les plantes, ils ont une gamme de 200 produits, c’est plus de 200, presque 300, donc c’est large.

Moi, j’ai un produit préféré, un produit physiquement préféré qui est un complément alimentaire, qui s’appelle Y-Span, qu’on a en Polynésie, mais qu’on n’a pas en Europe, par exemple, pour des raisons de législation, et à base de plante toujours.

Mais pour moi le produit le top du top chez Nu Skin, c’est son plan de rémunération, c’est l’opportunité.

Pour moi, c’est ça le produit que je recommande sans cesse. Je parle très peu de…

Je parle à 20 % des produits quand je parle de Nu Skin, mais je parle essentiellement de l’opportunité de comment ça peut transformer la vie des gens. Pour moi, leurs meilleurs produits c’est leurs plans de rémunération et leur opportunité.

 

Fabrice : Très bien. Oui, je m’en doute.

C’est vrai, c’est une société qui vend des produits.

Toi, tu es très axé sur le plan de compensation.

En même temps, c’est normal de parler quand même des produits, puisque le plan de compensation fonctionnera sur la vente de ces produits.

Et c’est vrai que ta stratégie, je sais, est bien rodée fait qu’en abordant ce point-là, ça permet vraiment de créer des bons réseaux qui tiennent la route.

 

Thomas : Exact.

 

Fabrice : Justement, peux-tu nous parler des nouveaux outils qu’a mis en place Nu Skin ?

Parce que ça fait quand même, oui, on a dit 35 ans, je crois que Nu Skin a évolué, il y a beaucoup de choses qui ont changé vu qu’ils sont améliorés, il y a des nouveaux outils qui sont apparus ces dernières années.

Donc, est-ce que tu pourrais nous parler un petit peu de cette avancée ?

 

Thomas : Oui, carrément, effectivement.

Toi et moi, on s’est rencontré il y a sept ou huit ans sur les bancs de Nu Skin, on a découvert cette compagnie à peu près en même temps.

Moi, j’y suis resté, toi, tu es parti sur un autre domaine, mais on a connu cette époque où Nu Skin pour gagner de l’argent, on pouvait être un vendeur de produit, et moi, je ne suis pas trop vendeur de produit, mais on pouvait gagner de l’argent en vendant des produits, mais on pouvait surtout gagner des commissions venant de son réseau dès lors qu’on avait une commande de 100 points, donc 100 € en gros personnel.

Donc, ça obligeait les gens à consommer.

Et mine de rien, c’était un frein, c’était intéressant, mais en même temps un frein.

Donc, ils ont changé ça il y a deux ans et demi maintenant, et l’un de leurs meilleurs outils qu’ils ont changé c’est leur plan de rém, c’est-à-dire qu’aujourd’hui on démarre, on s’inscrit gratuitement, on devient un affilié gratuitement, on peut parrainer tout de suite une personne.

Si cette personne commande un produit, tout de suite on touche une commission.

C’est-à-dire qu’on n’a même pas besoin de commander un produit pour toucher une commission.

Donc, c’est vraiment de l’affiliation pure et ça, c’est vraiment intéressant.

Donc, ils ont mis au point différents outils, là, on a une boutique en ligne à notre nom qui permet de vendre les produits Nu Skin, de les mettre en avant sur internet.

Ça, c’est très pratique, même mes parents utilisent cet outil, mes parents qui ont 80 ans et qui ne sont pas censés être très geeks, ils y arrivent parce que c’est vraiment un outil très intuitif et très simple.

Puis, on a aussi un autre outil qu’ils ont mis en place. Je vais devoir regarder mon téléphone, parce que je vais vous le montrer.

C’est une application qui s’appelle My Store.

J’attends juste que l’écran s’ouvre.

Forcément que je ne suis pas connecté.

C’est une application qui s’appelle My Store, qui permet de générer un lien d’achat et de l’envoyer à quelqu’un immédiatement, et ce lien est directement connecté à votre compte d’affilié, quand une personne commande le produit, vous touchez une commission immédiatement de l’ordre de 30 %.

Ça, c’est intéressant, ça vaut le coût et ça permet de…

Quand on est à la plage, par exemple, et que tu discutes avec quelqu’un, tu as ta crème solaire Nu Skin, la personne, elle n’en a pas, tu lui fais essayer, elle aime bien la crème, elle dit : « Comment je peux l’acheter ? » tu dis : « Attends, je t’envoie un lien tout de suite. »

Voilà l’application.

Moi, ça, c’est mon écran d’accueil.

Vous voyez l’écran.

Par exemple, je pourrais t’envoyer là, Fabrice, si tu veux, tout de suite, un lien par SMS, par WeChat, ce qu’on veut, Messenger, un lien pour que tu puisses commander le produit que tu veux et dans la langue que tu veux.

Si tu es à Hong Kong, Thaïlande, en France, en Espagne, peu importe, je choisis la langue et le pays, et ça t’envoie une offre à ton nom dans ta monnaie, très simple.

Donc, ça, c’est très pratique pour faire des ventes et, comme je disais, moi, mon focus ce n’est pas trop la vente, c’est plus de faire du réseau. Peut-être qu’on va en parler juste après.

 

Fabrice : Oui, c’est sûr.

En tout cas, c’est vrai que ces outils sont vraiment excellents, puisque maintenant tu n’as plus de limite quel que soit l’endroit où tu te trouves, tu discutes de plein de choses, l’idée vient du produit, tu dis : « Écoute, tu peux le faire tout de suite » tu lui envoies le lien et ça y est tu fais une vente.

Là, tu n’es plus limité sur ton secteur.

 

Thomas : Carrément.

D’ailleurs, ils ont toute une gamme de produits qu’on appelle, c’est-à-dire que tu les utilises et tu vois un résultat immédiat.

Nous, les mecs, ça ne nous regarde pas trop, mais ils ont des encres à lèvres qui résistent 12 heures, qui restent 12 heures sans faire de marque.

Puis, tu as un stick aussi à lèvres qui fait pulper les lèvres.

Alors pour certaines femmes, elles sont un peu gênées peut-être parce qu’elles n’ont pas assez de lèvre et donc elles vont simplement utiliser le stick, et elles vont voir les lèvres se gonfler et c’est immédiat.

Donc, elles peuvent, par exemple, faire tester ça à une amie autour d’un café dans un salon de thé, l’ami en question, elle voit le résultat, elle dit : « Je veux l’acheter tout de suite », « OK. Tiens, je t’envoie le lien ».

La personne commande, elle est livrée chez elle en trois jours.

Cool.

C’est vraiment super pratique et surtout avec un placement de produit qui est super fun.

Pour les gens qui sont… Les marketeurs, boutiques en ligne, influenceurs, c’est une super opportunité.

 

Fabrice : Oui, c’est clair.

On se rend compte qu’il y en a vraiment pour tout le monde, puisque tu as parlé tout à l’heure de ceux qui peuvent le faire par affiliation, ceux qui sont allés sur la vente, etc.

Quel que soit notre domaine maintenant où là on est à l’aise, on peut développer quoi qu’il en soit grâce à toutes ces panoplies d’outils.

 

Thomas : Oui, c’est ça.

Exactement. Par exemple, quelqu’un qui a un produit e-commerce, avec Nu Skin, il va pouvoir générer…

Plus son chiffre d’affaires va augmenter, plus son pourcentage de gain va augmenter.

Ça, c’est carrément extra.

Quelqu’un qui a une très bonne capacité à faire du e-commerce, boutique en ligne et tout ça, faire 10 000 € ou 20 000 € de chiffre d’affaires, pour ces gens-là ce n’est pas énorme.

Quand tu fais ça avec Nu Skin, tu es environ à 70-80 % de gain du chiffre d’affaires.

Imagine ce que ça représente sur 20 000 €, c’est énorme.

Tu as des gens qui font de l’affiliation avec Amazon, eBay, je discutais avec des gens justement hier là-dessus et ils me disaient : « Ils sont entre 5 et 10 % de marge » et c’est tout petit.

Nous, on propose quelque chose d’absolument énorme.

Donc, pour les pros du e-commerce, c’est très intéressant.

Puis, pour ceux qui font du réseau, là, on va en parler, mais il y a un effet de levier complètement hallucinant.

 

Fabrice : C’est plus ton domaine.

Tu vas peut-être pouvoir nous en parler.

D’ailleurs, en effet, est-ce que tu pourrais nous parler de cette méthode que toi tu utilises et qui te permet d’avoir autant de succès chez Nu Skin ?

Parce que je sais que ton affaire a bien avancé depuis que tu as mis en place cette technique.

 

Thomas : Oui, tout à fait.

À mes tout débuts, une des premières présentations qu’on m’a montrée, on m’a dit : « Je vais te donner une formule mathématique qui va te choquer » surtout moi scientifique, et on m’a dit : « Écoute, avec Nu Skin, 1+1, ça fait 4087 », « C’est quoi ces conneries ? »

Donc, on m’a démontré le truc et j’applique ça…

Moi, mon activité c’est de parrainer une personne, de lui montrer les produits pour qu’elles en trouvent un qui lui convient, et que je parraine des personnes qui veulent faire du business, je ne parraine pas des personnes qui sont, entre guillemets, touristes, c’est vraiment des personnes qui ont compris le système que je leur ai expliqué à l’avance.

Donc, ils s’inscrivent et ils commandent un produit.

Leur étape après à eux, c’est de trouver une personne toutes les semaines, une personne par semaine qui va faire comme eux, c’est-à-dire acheter un produit tous les mois et parrainer une personne par semaine.

Donc, le système est simple, c’est première semaine je suis tout seul, deuxième semaine j’ai trouvé une personne, troisième semaine, nous deux, nous trouvons une personne, nous sommes quatre, quatrième semaine nous sommes huit, etc.

Et en l’espace de deux mois et demi, trois mois, on peut arriver à 4096 personnes, c’est juste une histoire de multiplication par deux toutes les semaines.

Comme on est payé au chiffre d’affaires généré, on reçoit des commissions qui sont à quatre ou cinq chiffre en euro, je parle.

 

Fabrice : On a vite compris le résultat que ça peut générer, ça, c’est clair que question duplication, c’est vrai que quand on fait ça, puis sur une base simple, une personne, c’est vrai que…

 

Thomas : Oui.

La conversation c’est si tu prends un petit produit, ton équipe va prendre aussi un petit produit et ça va grandir doucement, parce que le chiffre d’affaires va être lié au produit commandé.

Par contre, si l’affilié commande un produit un peu plus intéressant comme, par exemple, le Y-Span, dont on parlait tout à l’heure, tout de suite ça va beaucoup plus vite qu’on parle de…

Par exemple, le gel de blanchiment des dents qui fait un certain nombre de point et le Y-Span, on est à fois 10 entre les deux.

Donc, forcément, l’activité, elle varie par 10.

Il y a vraiment une stratégie et je dirais que moi, je travaille vraiment avec des gens visionnaires, c’est des gens qui veulent vraiment faire quelque chose de balaise et ça donne des résultats.

On n’en trouve pas tous les jours, mais ça donne des résultats, parce que ces gens-là c’est vraiment des gens qui déplacent des montagnes et que c’est ceux-là qui font les plus beaux résultats dans le marketing relationnel.

 

Fabrice : C’est clair.

 

Thomas : Comme toi d’ailleurs.

 

Fabrice : Oui.

Il faut dire que j’étais bien à bonne école.

Avec un parrain comme toi, en tout cas, on sait avancer correctement.

Ce qui n’a pas toujours été le cas, parce que pour avoir commencé avec d’autres personnes, c’est vrai que souvent j’ai remarqué, on te lance dans le marketing de réseau, on te dit : « Voilà, tu fais ta liste tu y vas, tu fais ci, tu fais ça », mais on ne te forme pas vraiment, on ne t’explique pas comment ça doit fonctionner.

Donc, c’est vrai que tu pars un peu dans le vide et puis tu montes, parce que quand tu es motivé, tu vas le faire.

Moi, je suis quelqu’un quand je donne, je donne, sinon je ne le fais pas, mais quand à un moment donné tu vois que tu n’as pas eu la formation qu’il faut, du coup, tu ne donnes pas les bonnes informations à tes nouveaux partenaires qui, eux, vont trimer aussi, et petit à petit l’affaire, elle finit par péricliter, alors que tu as donné tout ton temps, toute ton énergie.

Donc, c’est là qu’on se rend compte qu’on ne peut pas faire ça n’importe comment, il faut vraiment apprendre, il faut avoir les bonnes personnes à côté de toi, donc il faut choisir le bon parrain.

Oui, ça, ce n’est pas forcément évident, parce que beaucoup sont là pour faire du chiffre, donc ils te lancent comme ça et vas-y, comme ça je gagne des commissions, mais ce n’est pas le but.

On sait que dans ce métier c’est plus tu aides les gens à réussir, plus tu réussis, c’est ça finalement le secret. Donc, ce n’est pas on lance les gens pour faire du chiffre.

Ça, ça va durer un temps, mais un jour ça va s’arrêter.

Nous, ce qu’on veut dans le marketing de réseau c’est que ça tienne sur le long terme et qu’on est une équipe satisfaite et qui va continuer de travailler.

Moi, en tout cas, oui, j’apprécie beaucoup d’avoir fait ta connaissance et d’avoir travaillé à tes côtés, je sais que tu es un excellent Leader, je te vois bosser avec ton équipe, c’est vraiment excellent et je tenais à te féliciter en tout cas pour ça.

 

Thomas : Merci.

Comme tu l’as dit, les gens qui font de la vente sont dans une optique de : « Je te donne un produit, je prends ton argent » alors que comme tu l’as dit, le marketing de réseau c’est aider l’autre à réussir et tu es récompensé. Plus tu aides de gens, plus tu es récompensé, et c’est le contraire de la vente, c’est exactement le contraire de la vente.

Ce n’est pas évident à comprendre pour…

Par exemple, en France notre activité est affiliée au VDI, c’est ce qu’on appelle de la vente directe.

Vente directe, les gens ils entendent « vente », donc ils vont vendre des produits et ils sont contents de vendre des produits.

OK, mais ça ne fait que de l’argent de poche.

 

Fabrice : Exactement.

 

Thomas : C’est vraiment un truc à modifier. Tu parlais tout à l’heure de formation, je vais juste vendre ma paroisse.

 

Fabrice : Vas-y, on est tout ouïe.

 

Thomas : Donc, comme tu sais, nos coach sont des personnes qui sont millionnaires chez Nu Skin depuis plusieurs années et qui ont une réussite internationale reconnue et qui nous aident en continue, et nous on est là pour transmettre leurs savoirs, ils ont créé un guide de démarrage qui s’appelle « The Freedom Platform » et ce guide, il fait à peu près 150 pages.

Dedans, ce n’est pas que du blabla, c’est des exercices, et moi mon job c’est d’accompagner mes filleuls à faire les exercices et à progresser avec eux là-dedans, et ensuite à leur transmettre le bébé en disant : « Maintenant, ton job, ça ne va pas être de parler des produits, ça ne va pas être de vendre les produits, ça ne va pas être de faire les marchés.

Non, ça va être juste de proposer aux gens d’avoir une meilleure vie et de les aider à faire les exercices qui sont dans le cahier pour développer leur équipe », c’est vraiment du réseau, ça n’a rien avoir avec la vente.

 

Fabrice : C’est ça.

C’est important, c’est l’état d’esprit aussi qu’on va partager.

Là, tu as dit d’accompagner, j’aime bien cette expression, d’accompagner ses partenaires, ce n’est pas de leur donner : « Tiens, voilà un bouquin, tu vas le lire, tu vas appliquer et vas-y. »

Non, c’est vrai que quand on est un leader, on est avec son équipe, on l’accompagne, on fait en sorte que cette personne puisse y arriver, bien entendu, avec les personnes qui ont envie de bosser, on est bien d’accord.

Très bien.

Écoute, c’était super. Oui, pardon.

 

Thomas : Vas-y, pardon.

 

Fabrice : Non, écoute, j’allais te dire, oui, c’est super, on a partagé déjà un bon petit moment plein d’infos intéressantes.

Je souhaitais en effet un peu mieux faire connaître Nu Skin à notre entourage, parce que c’est vrai que c’est une belle compagnie qui a en plus de très bons produits, je confirme, ce sont de bons produits.

Moi, je les utilise toujours et, franchement, je me régale quand j’utilise ces produits-là, je n’en changerai pas de toute façon.

Je pense que chacun a une gamme de produit qu’on utilise en fonction de nos besoins, mais ce sont de bons produits.

Mais à côté de ça, un bon plan de commission qui favorise justement la réussite quand on le fait de la bonne manière.

Peut-être avant de terminer, Thomas, j’aimerai de poser une dernière petite question.

 

Thomas : Volontiers.

 

Fabrice : Si tu as aussi un conseil à nous donner, lequel serait-il pour terminer sur une bonne note ?

 

Thomas : Je pense que cette vidéo va être vue par des gens qui sont intéressés par le marketing relationnel.

Moi, la première question que je pose aux gens qui veulent rejoindre l’activité c’est « Pourquoi tu veux rejoindre cette activité ? » Quel que soit le MLM que les gens vont rejoindre, c’est la première question, pourquoi, quel est le pourquoi qui te mène.

Ça, c’est le premier conseil que je dirais, c’est demandez-vous pourquoi.

Le deuxième, c’est : trouvez une entreprise qui vous paie réellement, qui n’a jamais fait de défaut de paiement, qui a déjà tout le système en place et qui innove tous les ans.

Ça, je dirais, c’est la base.

Quand on se lance dans un business, il faut absolument avoir un partenaire qui paie et qui paie rubis sur l’ongle sans erreur.

En 35 ans, Nu Skin n’a pas fait faux bon une seule fois et c’est une de leur marque de fabrique.

Voilà mes deux conseils pour les gens qui vont regarder.

Puis, contactez Fabrice ou moi et devenez affilié, c’est gratuit, vous allez profiter du système.

Donc, à bientôt.

 

Fabrice : À bientôt, Thomas, on te remercie beaucoup.

On aura l’occasion, je pense, de se revoir, peut-être faire des partages comme ça sympathiques.

On parlera peut-être de choses un peu plus techniques, comment vraiment faire le travail, comment utiliser la stratégie.

Je pense que là c’est intéressant, parce que ça va aider à mon avis beaucoup de personnes à comprendre comment on fait le travail dans ce domaine.

 

Thomas : Ça marche. Avec plaisir.

 

Fabrice : Très bien. Merci beaucoup à toi et on te dit à très bientôt, et bon succès à toi et ton équipe.

 

Thomas : Merci à toi, Fabrice, et bravo pour ce que tu fais.

 

Fabrice : Merci bien. À plus.

 

Thomas : Ciao.

Fabrice : Ciao.

 

Conclusion

Pour finir, un grand merci à toi Thomas.

Nous avons grandement apprécié cet échange.

Il nous a fait découvrir cette belle Sté Nu Skin.

Des produits et outils

Une Sté qui propose une gamme importante de produits de qualité.

Nous avons vu également que Nu Skin à mis en place de nouveaux outils comme un site personnalisé avec une application qui vous permet de faire des ventes à tout moment.

Une stratégie simple mais puissante

Mais aussi une stratégie simple à mettre en place et qui permet au bout de 3 mois environ de créer une équipe de plusieurs milliers de personnes qui aboutira sur un revenu régulier.

Ce revenu étant directement lié aux produits qui seront vendus et consommés par l’équipe.

 

Vous pourrez découvrir la chaine youtube de Thomas ici : https://www.youtube.com/channel/UCzTHgt_jMXaguQ6RfcPjvGA

 

Merci de nous avoir suivi et à bientôt de nouveaux interviews.

 

Vous pouvez également voir l’article entier dédié à Nu Skin à cette adresse : Nu Skin – devriez-vous rejoindre ce MLM ?

 

N’hésitez pas à vous exprimer ou à poser vos questions dans les commentaires en dessous.